Locataire mauvais payeur : comment s’assurer d’être payé ?

Pour tous les propriétaires, l’angoisse numéro 1 est toujours la même : que faire contre les mauvais payeurs ? Se retrouver avec des locataires qui ne paient pas leur loyer est souvent bien plus problématique qu’il n’y paraît. En effet, il n’est pas si facile de leur faire quitter le logement et se lancer dans un procès est souvent très coûteux. Quelle solution adopter alors ? Pourquoi pas une assurance GLI ? Cette garantie contre les loyers impayés peut être la réponse idéale pour tous les propriétaires qui se retrouvent dans une solution difficile !

Trouver un terrain d’entente

On entend souvent parler des arnaques immobilières, du problème des agences, des conditions de location difficiles… mais il y a aussi le problème du locataire mauvais payeur ! Ainsi, en France, ce sont 2% des logements mis en location qui se trouver dans une situation de loyer impayé. Si cela peut n’être qu’épisodique, ça peut aussi devenir une habitude et donc un véritable problème pour le propriétaire. Un simple désaccord avec le locataire peut déboucher sur une situation où celui-ci refuse de payer son loyer. Les solutions sont alors moins nombreuses qu’il n’y parait !

Si cela reste un cas extrêmement rare, c’est un problème qui retombe systématiquement sur le propriétaire. En effet, les agences ne sont pas souvent d’une grande aide. L’une des vraies solutions ? Avoir souscrit à une GLI (par exemple chez Galian), à une garantie des loyers impayés. Ces assurances sont une protection pour le bailleur. En effet, ils assurent une couverture en cas de situation pareille.

Cela dit, il est souvent possible de discuter avec le locataire pour essayer de trouver un terrain d’entente. Surtout si c’est la première fois que le loyer n’est pas payé. Vous pouvez par exemple lui proposer d’échelonner la dette. Dans un cas plus important, la GLI est votre meilleure solution pour vous protéger de ces problèmes.

Logement dans le creux de la main

Comment faire une rupture de bail ?

Si vous avez eu le malheur de tomber sur un locataire mauvais payeur, vous risquez d’avoir bien du mal à vous en débarrasser. En effet, selon la période de l’année et selon le litige, il est plus ou moins difficile de faire une rupture de bail. Le cas est classique, le locataire de mauvaise foi passe par le premier prétexte pour refuser de payer son loyer. S’entame alors un dialogue de sourd dont il est très difficile de sortir. En effet, pour une rupture de bail, il faut passer par le terrain juridique, et cela peut être à la fois assez long et très coûteux.

En moyenne, une procédure d’expulsion s’étend sur 18 mois. Pire encore, le locataire peut ne pas être obligé de vous payer les loyers dus s’il est déclaré insolvable et en apporte les preuves. Vous aurez ainsi perdu sur tous les tableaux. Avec une assurance GLI, vous êtes protégé financièrement mais aussi en cas de dégâts provoqués dans votre propriété. Aussi, elle vous garantit le versement de vos loyers et des charges qui vous sont dus. Ce qui peut être d’une aide précieuse !

Reconnaître un mauvais locataire

Ce qui peut vous aider à reconnaitre les mauvais locataires, c’est de demander une lettre des anciens propriétaires.  S’ils ne peuvent pas l’obtenir, c’est peut-être que les rapports n’étaient pas si bons, ce qui n’est pas nécessairement synonyme de mauvais locataire mais peut vous permettre de faire un premier choix.

Si vous avez souscrit à une assurance GLI et que vous êtes prudent au moment de choisir vos locataires, vous ne devriez pas rencontrer ce type de problèmes. De quoi être prudent et prendre ses précautions en amont !

Leave a Reply