Qu’est-ce qu’un appel de marge ?

L’appel de marge est également appelé « margin call. » On peut le résumer à un versement supplémentaire au dépôt de garantie. L’appel de marge est prévu pour pallier un risque supplémentaire encouru par une banque dans le cadre d’un emprunt.

Que signifie appel de marge ?

Le terme « appel de marge » est composé de deux mots distincts : appel et marge.

La plupart d’entre nous connaissent le terme de marge dans le sens utilisé à l’école ou dans l’expression « à la marge » ou encore marge bénéficiaire. Mais on ne comprend souvent pas ce qu’est réellement une marge…

Lorsque vous vous lancez dans un investissement, vous le faites avec votre argent. Puis, au vu de la rentabilité faible de l’économie actuelle, vous cherchez des moyens de gagner plus d’argent, tout en n’ayant pas pus d’argent en poche. C’est alors qu’apparaît un autre terme financier bien connu, celui de l’effet levier.

L’effet levier vous permet de profiter d’un financement plus important, en mettant en jeu vos fonds propres. Cela vous donne la possibilité d’investir plus d’argent que vous n’en possédez réellement. Mais cet argent que vous possédez, et donc que vous devez investir vous-même, c’est ce qui est appelé la marge.

L’appel intervient lorsqu’une banque a besoin de se rassurer. Parfois, un investissement performe moins bien que prévu. Il perd de sa valeur. Et lorsque c’est le cas sur une période prolongée, l’organisme de prêt est en droit de demander un appel de marge, c’est-à-dire d’appeler son client à verser un montant supplémentaire au dépôt de garantie pour couvrir la perte de valeur du portefeuille d’actions.

Marge

Qu’est-ce qu’une marge ?

Lorsqu’on achète et vend des CFD (contract for difference, un type de produits dérivés), on ne devient pas propriétaire des actions. L’action est appelée « l’original », et les CFD sont des produits dérivés qui reposent dessus. Cela permet de trader toutes sortes de produits, sans pour autant les posséder réellement.

La marge est la partie de l’action dans laquelle vous investissez de votre poche, le courtier viendra pallier la différence. Mais vous recevrez tout de même l’exposition pour l’entièreté des actions.

Par exemple, si vous achetez 10 actions à 100 euros, cela représente une somme de 1.000 euros. Grâce à l’effet levier et au principe de marge, il est possible de profiter de l’entièreté de ces actions, sans les payer en totalité. Avec un système de CFD, vous ne devez investir qu’un montant minimum, appelé la marge.  Admettons, qu’elle soit de 300 euros. Le reste de la somme sera avancée par le courtier.

Dans la pratique, vous devez investir une partie de vos économies. Cette dernière vous permet de lever des fonds supplémentaires (l’effet de levier). Le tout vous permet d’acheter des actions. Et vous pouvez profiter de leur rendement. Virtuellement en tout cas, car emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent et dans ce cas-ci, vous êtes tenu de payer à votre courtier les intérêts sur la somme avancée.

C’est pour cette raison qu’il faut toujours rester raisonnable et ne pas adopter de position gigantesque par rapport à son portefeuille.

Qui émet un appel de marge ?

L’appel de marge n’est pas l’opération la plus courante pour le quidam, ni même pour l’investisseur passif ou occasionnel. Les appels de marge sont surtout utilisés pour les opérations qui ont cours sur les produits dérivés. Notamment les fameux CFD dont nous parlions précédemment. On les retrouve également dans les opérations de prêt et d’emprunt de titres.

Lorsqu’on trade des produits dérivés sur un marché organisé (en général une bourse ou un lieu d’échange de valeurs), ce n’est pas l’organisme de prêt qui émet l’appel de marge, mais bien la chambre de compensation (l’organisme qui fait office de contrepartie unique et qui veille au grain sur les marchés). La chambre de compensation s’assure que les positions ne sont pas en perte potentielle. Si c’est le cas, elle émet un appel de marge et exige l’augmentation du dépôt de garantie.

Ce dépôt permet de couvrir les pertes subies. C’est une manière de contrebalancer le marché et d’éviter que celui-ci soit en déséquilibre pour toutes les autres parties qui sont actives sur les marchés.

Si vous êtes dans le cadre d’une opération de prêt ou d’un emprunt de titres, c’est l’organisme de prêt qui émet l’appel de marge. En effet, c’est lui qui permet l’achat de titres, et qui les achète effectivement sur le marché. Pour le client, il n’est que le prêteur de cash. Quand la dévalorisation est trop grande, il demande un ajustement de la position de titres afin de couvrir les risques de pertes dus à la perte de valeur réelle.

Cela étant dit, si la valeur est en augmentation, des titres sont restitués au client.

Appel de marge

Quand peut-on demander un appel de marge ?

L’appel de marge est effectué lorsque le dépôt en garantie ne suffit plus à couvrir le placement effectué. Quand une position ouverte sur le marché se déprécie et perd de la valeur, le courtier (pour le marché de gré à gré ou la chambre de compensation (pour le marché organisé) peut demander un versement supplémentaire.

Dans la pratique, pour reprendre notre exemple de 1.000 euros investis avec 300 euros sur fonds propre, le courtier émettra un appel de marge quand les mille euros investis auront perdu de leur valeur.

Imaginons qu’en quelques mois, l’action dévisse et perde 40 % de sa valeur. L’investissement initial de 1.000 euros n’en vaut donc plus que 600. Et de ces 600 euros, 500 euros ont été financés par l’organisme prêteur qui, lui, compte bien récupérer son investissement sans rien perdre.

Le contrat qui lie l’investisseur à son organisme possède toujours une clause dans laquelle l’organisme prêteur stipule clairement l’apport minimum de liquidités. C’est cela qui détermine combien la banque veut bien prêter par rapport à l’argent investi. Dans cet exemple, l’investisseur à apporter 500 euros de liquidités, cela peut être le minimum requis, tout comme cela peut être supérieur au minimum, mais e ne sera jamais inférieur.

Si la banque exigeait un minimum de 50 % d’apport de liquidité pour financer cette position, elle émettra un appel de marge de 200 euros à son client. En effet, la valeur de la position est de 600 euros, 100 euros sont déjà financés et il faut pallier 200 euros pour atteindre le minimum requis.

Le niveau minimum requis est aussi appelé marge de maintenance.

Dans le cas où le client ne satisfait pas à l’appel de marge, le courtier peut dénouer la position en liquidant les actifs restants. Le courtier récupère sa somme et les intérêts dus et reverse le solde au client.

A quel moment un appel de marge est-il émis ?

Quand on se retrouve dans le cadre d’une demande dépôt supplémentaire, un appel de marge est émis lorsque deux jours durant la valeur du portefeuille est 150 % moindre au montant emprunté. Il faut donc deux jours consécutifs avec une valeur 150 % moindre avant qu’un organisme n’émette un appel de marge.

Le client dispose d’un délai pour verser l’argent, mais il ne faut pas croire que le délai soit long. Tout dépend de l’organisme prêteur, mais en général celui-ci laisse peu de temps afin de couvrir rapidement les risques qu’il prend.

Au cas où le client n’approvisionne pas le compte, la position est clôturée et tout est liquidé. Ainsi, l’organisme prêteur récupère ses billes. La perte de position a lieu lors de l’ouverture de la Bourse suivant le délai expiré.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.