Comment bien renégocier son prêt immobilier ?

Tout au long de la vie d’un crédit immobilier, un nombre infini de situations peuvent survenir. Ces situations peuvent amener l’emprunteur à vouloir renégocier son prêt immobilier et même à changer de banque. Heureusement, la loi sur la régulation du marché hypothécaire prévoit ce type de situation et établit la possibilité de modifier les conditions initiales d’un prêt hypothécaire.

Pourquoi renégocier un crédit immo ?

Les prêts hypothécaires sont des crédits à très longue durée de vie. Ils furent parfois trois décennies, voire plus. Par conséquent, il est possible que les conditions que l’emprunteur a signées à l’époque soient pires que celles qui sont offertes maintenant et qu’il veuille les modifier pour les adapter au marché actuel. De cette façon, il peut économiser de l’argent sur les mensualités et, incidemment, il paiera également moins à long terme.

Renégocier son prêt immobilier
Il peut arriver que la situation économique de l’emprunteur se dégrade et qu’il doit faire un rachat de crédit pour pouvoir y faire face. Dans ce cas, il peut également parvenir à un accord avec la banque pour rendre les paiements plus flexibles.

La banque n’est pas obligée de renégocier l’hypothèque, mais l’emprunteur peut souhaiter améliorer les conditions du prêt. C’est pourquoi il ne doit pas attendre que l’établissement bancaire le contacte pour lui faire une nouvelle offre, car la banque ne le fera que si elle y gagne quelque chose quelque part.

Quelles conditions peuvent être renégociées ?

Voici les conditions qu’on peut améliorer grâce à une renégociation de sa dette :

  • le taux d’intérêt : l’emprunteur peut obtenir un intérêt inférieur, changer l’indice de référence, réduire le lien, éliminer les commissions et passer d’un taux variable au taux fixe ou vice versa.
  • le capital : si l’emprunteur a besoin de liquidités pour un projet, il peut augmenter le capital pour obtenir plus d’argent.
  • La durée : il peut également prolonger la période d’amortissement de l’hypothèque, la réduire ou convenir d’un délai de grâce.
  • La garantie : il peut ajouter ou supprimer des titres ou d’autres garanties, bien que la première soit beaucoup plus facile que la seconde.
  • Les clauses abusives : en cas d’une renégociation de l’hypothèque, on peut également supprimer du contrat les clauses les plus strictes.

En échange de ces modifications, le prêteur peut également demander quelque chose en retour.

Comment réussir à renégocier son prêt immobilier ?

Avant de commencer, il faut souligner que la renégociation de l’hypothèque ne dépendra pas seulement de la banque et du profil de l’emprunteur. C’est aussi une question d’attitude.

Par conséquent, lors du lancement de la négociation, il est recommandé de revoir les caractéristiques du contrat pour comprendre toutes les conditions auxquelles on s’est engagé initialement.

Il faut aussi se fixer des objectifs clairs à atteindre, c’est-à-dire déterminer ce qu’on veut que la banque améliore. Entamer un dialogue direct est aussi conseillé. La communication directe est la plus efficace et elle donne plus de garanties de succès.

Il faut dire rapidement au banquier ce qu’on veut réaliser. De cette façon, l’emprunteur peut voir rapidement si elle est prête à accéder ou non et éviter de perdre du temps. Il ne faut pas non plus avoir peur de marchander. Comme dans toute transaction, chacune des parties le droit d’essayer d’obtenir des conditions plus favorables.

Il faut si prendre le temps de regarder ce à quoi on s’engage en échange de la renégociation. La banque peut accepter de modifier les clauses, mais en échange elle peut demander à l’emprunteur de souscrire à un autre de ses produits. Il faut faire des calculs et déterminer ce qui serait le plus avantageux.

Que faire si la banque refuse de renégocier son prêt immobilier ?

Comme déjà mentionné précédemment, la banque ne sera pas toujours disposée à renégocier l’hypothèque et à améliorer les conditions. Par conséquent, une alternative à la novation est la subrogation, c’est-à-dire la modification de l’hypothèque bancaire. Si l’emprunteur subroge l’hypothèque à une autre entité bancaire, il peut modifier tout aspect lié à l’intérêt. Il peut aussi modifier l’échéancier.

Cependant, les autres conditions de financement ne peuvent pas être modifiées par subrogation. C’est le cas du capital et de la caution. L’autre option est de demander un nouveau prêt avec de meilleures conditions pour annuler celui qui a été déjà contracté. Il est probable qu’il sera plus cher à cause des dépenses liées à la liquidation du prêt actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.