A combien s’élève le salaire d’Anne-Claire Coudray ?

Talentueuse journaliste chez TF1, Anne-Claire Coudray gagne bien sa vie, même si elle préfère afficher une simplicité, une prudence et une discrétion à toute épreuve. Depuis le 18 septembre 2015, elle a pris les commandes des JT du week-end sur la chaîne TF1, en remplacement de Claire Chazal qui, 25 ans plutôt, notamment en août 1991, succédait à Ladislas de Hoyos, au journal de 20 heures. Cela dit, avant de s’intéresser au salaire d’Anne-Claire Coudray, il convient de découvrir, ou de redécouvrir, sa biographie, et notamment de mesurer combien est énorme, laborieux, exposé, stressant et dangereux le travail qu’elle abat, pas seulement sur un plateau de télé, mais aussi à travers le monde, surtout au cours des reportages dans des contrées à risque. Le salaire d’Anne-Claire Coudray, aussi enviable soit-il, elle ne le doit surement pas à ses yeux verts, ni à ses cheveux châtains, encore moins à sa poitrine qui a fait couler beaucoup d’encres et de salives lorsqu’elle se dressait, fièrement émancipée de tout soutien-gorge, fin décembre 2013, sous deux robes en cuir, l’une rouge, l’autre noire.

Biographie

Anne-Claire Coudray, née mardi 1er février 1977 à Rennes d’un père psychologue et d’une mère professeur d’anglais, passe la majeure partie de son enfance en région Bretagne, dans le département du Morbillan, notamment à Locma­riaquer avec ses 2 sœurs. Petite, elle rêvait d’être psychologue comme son père ou de travailler chez Médecins Sans Frontières. Son amour pour le journalisme naît de sa découverte de 7 sur 7 et de la « réussite d’Anne Sinclair ».

Une fois son bac en poche, cette bonne élève entame un cursus littéraire qui se solde par une licence de lettres et une maîtrise en histoire de l’Université de Rennes III. Anne-Claire Coudray entre alors à l’École Supérieure de Journalisme de Lille où elle obtient son diplôme en 2000. Après quoi, elle débute à l’agence Intercep. Elle fait des émissions pour France 3 ainsi qu’une panoplie de reportages pour Arte Info et TF1. Petit à petit, elle devient une habituée du terrain et ses reportages sont très appréciés.

Anne-Claire Coudray présente le 20h

Anne-Claire Coudray est recrutée chez TF1 et intègre le service News (Actualité) au bureau de Lille. En 2004, cette journaliste, férue de sport, de théâtre, de cinéma et de musique rejoint le siège de TF1 à Paris, à partir d’où elle couvrira une kyrielle d’évènements dont des rendez-vous majeurs en 2008 tels que la visite du pape Benoit XVI à Paris, les jeux olympiques de Pékin, le défilé militaire et les élections aux États-Unis. On lui confie aussi la présentation de « TMC reportages », un magazine de société, dès l’été 2009. A la même période est sentie pour être présentatrice « Joker » sur LCI.

Entre effectuer des reportages sur le terrain ou assurer des présentations de journaux sur un plateau, Anne-Claire Coudray ne se fait aucune fixation et répond « présente » là où on a besoin d’elle. En 2010, elle est choisie sur LCI, comme remplaçante de Bénédicte Le Chatelier pour animer le journal du soir et LCI Soir aux côté de Damien Givelet. Elle ira en Côte-d’Ivoire couvrir les élections de fin 2010 qui déboucheront sur un contentieux au dénouement sanglant.

En 2011, elle fait le reportage de l’affaire DSK, et couvre pour sa chaîne, le mariage du prince Albert de Monaco. Son abnégation au travail lui vaut d’être désignée comme remplaçante de Claire Chazal aux JT de fin de semaine sur TF1, en juillet 2012, lors des vacances d’été. On la verra en reportage aux États-Unis à l’occasion des élections, puis en 2013-2014 au Mali pour couvrir la guerre contre les islamistes dans le cadre de l’Opération Serval. Après avoir lu une telle biographie, il semble légitime de s’interroger sur le salaire d’Anne-Claire Coudray.

Confirmation sur TF1 et coup de maître

Le 18 septembre 2015, Anne-Claire Coudray remplace définitivement au poste de présentatrice du JT de fin de semaine, Claire Chazal, remerciée par TF1. A 19 h 54, vêtue d’un polo en velours lilas, la « nouvelle » animatrice lance le traditionnel « Mesdames, Messieurs, bonsoir » à l’endroit des nombreux spectateurs avant d’égrener les différents titres.

A peine 5 minutes plus tard, elle cède momentanément l’antenne à Bernard Laporte et Christian Jeanpierre pour la présentation de la cérémonie d’ouverture de la coupe du monde de rugby. Retour sur le plateau avec une Anne-Claire Coudray épanouie qui fait le tour de l’actualité internationale en un quart d’heure, en faisant la part belle à l’évènement du jour. Bien qu’on l’y attendait, pas un mot, à dessein, à l’endroit de celle qu’elle remplace. Une « question de bon sens » expliquera-t-elle, plus tard, par humilité et respect pour son ex-collègue.

Anne-Claire Coudray reste simple

Une petite réflexion et premier dérapage

Suite à une présentation de nouvelles technologies automobiles en compagnie de Pascal Boulanger, Anne-Claire Coudray s’est permise d’avancer ceci : «  c’est beaucoup mieux pour faire les créneaux. Nous, les femmes, on n’est pas trop douées ». la boutade est jugée sexiste par les téléspectateurs et la toile est en ébullition ; on crie même à la misogynie sur les réseaux sociaux.

La présentatrice s’est montrée désolée pour cette incompréhension, cette méprise qui lui vaut de terribles qualificatifs. Est-ce là aussi le salaire d’Anne-Claire Coudray ? Mais, au lieu d’en être abattue, elle en tire plutôt une belle leçon et décide d’être très vigilante en matière d’humour. Invitée sur France 5, notamment à l’émission « C à vous » Elle conclura entre autres, « … le journal finalement … ne permet pas le second degré. C’est très compliqué. », « Il ne faut pas que je me lance dans l’humour, je ne ferai pas carrière ».

Une affaire de poitrine très visible aux JT de TF1

Les téléspectateurs du JT sont-ils trop fouineurs ?  Ou la présentatrice s’est-elle voulue hyper sexy à dessein ? En enfilant une robe moulante en cuir de couleur rouge le soir du vendredi, et une autre de couleur noire dimanche soir, et en s’affranchissant du soutien-gorge, la présentatrice Anne-Claire Coudray a enflammé l’audience de son JT la fin de semaine du 20 au 22 décembre 2013.

Les spectateurs n’ont apparemment eu d’yeux que pour ses têtons bien dressés et très visibles. Et pourtant, l’actualité était alléchante ! Les cadreurs de l’équipe ont très peu montré la poitrine de la présentatrice mais tout va très vite à l’ère du tout numérique ! La toile a été inondée de clichés avec des commentaires hilarants sur la beauté de la poitrine et du corps de la journaliste. Est-ce là le salaire d’Anne-Claire Coudray ?

Comprenant qu’elle est définitivement devenue un personnage public et que le moindre écart fera du bruit, la journaliste mesure la portée de son choix vestimentaire et préfère s’en excuser très rapidement, au lieu de s’en offusquer. Elle dira en substance : « … la séduction n’a rien à faire sur un plateau de télévision quand on présente le journal. C’était une question de matière de robes … j’en suis désolée ». Voilà une réflexion intelligente qui met un terme à ce buzz !

Anne-Claire Coudray, un métier aux difficultés insoupçonnées !

Être journaliste n’est pas de tout repos. Il faut avoir les nerfs solides pour faire face aux moqueries et aux critiques acerbes de la panoplie de téléspectateurs et une bonne dose de courage surtout lorsqu’il faut aller sur le terrain en reportage parfois loin de sa famille, de son pays, voire de son continent. Anne-Claire Coudray ne choisit pas forcément son lieu de reportage. Souvent, il faut partir sans pouvoir vraiment dire « au revoir » aux siens, avec comme destinations, des contrées hostiles où les journalistes sont régulièrement pris pour cible.

Plusieurs journalistes comme Guy André Kieffer et Jean Hélène ont perdu la vie en Côte d’Ivoire où le sang a coulé à flot dans la décennie 2000-2010, et pourtant Anne-Claire Coudray n’a pas hésité à y couvrir les élections de sortie de crise ! Idem pour le Mali, un pays jadis en proie aux exactions des islamistes de l’organisation Azawald. Le risque de perdre la vie est également important en Europe et aux États-Unis, notamment dans les aéroports et dans les lieux bondés de monde. Et pourtant la journaliste n’hésite pas à les sillonner pour couvrir divers évènements. Consciente de tous ces dangers, la journaliste n’a même pas le temps de s’y appesantir. Alors si le salaire d’Anne-Claire Coudray s’élevait à 3000, 5000 voire 50 000 €, que serait-il à côte de tous ces risques encourus ?

Salaire d’Anne-Claire Coudray

Le salaire d’Anne-Claire Coudray qui n’a pas été dévoilé, serait, selon des indiscrétions, de l’ordre de celui de Gilles Bouleau, son confrère, soit environ 40 000 € chaque mois. Cette estimation paraît correct si on se réfère aux récentes prétentions salariales de Claire Chazal, celle dont elle fut le « joker » de 2012 à 2015 : entre 30 000 et 50 000 € par mois pour poser ses valises ailleurs. Le salaire d’Anne Claire Coudray pourrait vraisemblablement  osciller entre 20 000 et 50 000 € par mois.

Quel salaire pour Anne-Claire Coudray ?

Avec une tête bien pleine et une formidable carrière, la  journaliste promue à un bel avenir. salaire d’Anne-Claire Coudray n’a pas encore été dévoilée, ni par elle (trop discrète pour lever le voile), ni par son employeur, ni même par les magazines People qui aiment faire, de la rémunération des personnages publics, leurs choux gras.

One Response

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.