Arthur : un salaire exorbitant !

Animateur de talent, homme d’affaire prolifique, comédien hors pair et producteur, Arthur est sans nul doute l’une des figures les plus emblématiques du microcosme médiatique français. Fils d’immigrés juifs ayant fui pour échapper à la persécution lors de la guerre des Six Jours, cet homme de conviction a par son travail acharné réussi à se hisser dans le cercle très fermé des 500 plus grosses fortunes de France. Mais alors, le salaire d’Arthur est-il exorbitant ?

Qui est Arthur ?

Arthur, de son vrai nom Jacques Essebag, est un homme d’affaires, animateur de radio et de télévision, producteur et comédien. A l’orée des années 1990, il se fait connaître du public en tant qu’animateur de programmes radiophoniques sur de prestigieuses chaînes telles que Europe 1, Europe 2 et Fun Radio. Les émissions qu’il anime, Planet Arthur, Arthur et les pirates, Radio Arthur…) deviennent très vite emblématiques et son salaire, ainsi que sa fortune grimpent en flèche. Depuis 1991, il anime des programmes télévisés, d’abord sur France 2, puis sur TF1.

Arthur
Le salaire de Arthur (Jacques Essebag) est astronomique parce qu’en plus d’être animateur de radio et de télévision, il s’avère aussi comédien, producteur et homme d’affaires.

Il se met également au théâtre avec deux performances solo «Arthur en vrai» (2005) et «I Show» (2009). Arthur s’essaie également au cinéma et incarne le personnage de Peter Brochan dans le film «Le Dîner de Cons» de Danny Boon. Dans la même période, il entame une carrière dans la production audiovisuelle. 

Né le 10 mars 1966 à Casablanca, cet animateur au salaire mirobolant a pour père Michel Essebag, expert-comptable et pour mère Olga Benaksas, femme au foyer. Jacques Essebag a un frère, Olivier. A l’instar de nombreux juifs séfarades, sa famille a fui le Maroc en 1967, pendant la guerre des Six Jours, qui opposait l’état d’Israël aux nations arabes. La famille a posé ses valises à Massy, dans la banlieue parisienne. Son Bac B en poche, Jacques Essebag s’oriente vers des études de droit à la Faculté de droit Jean Monnet à l’Université de Paris-Sud. Le droit ne lui sourit pas et il redouble la première année. Il se met donc en quête d’un salaire. Passionné de radio, il affûte ses griffes à la station de radio locale de Massy-Pal. Il y anime alors une émission sportive dénommée Tonus.

Combien gagne réellement Arthur ?

Fidèle à leur réputation, on ne peut compter le nombre de français qui se demandent combien gagne l’animateur et comment il en est arrivé à amasser une fortune aussi colossale. Arthur est sans contestation possible en tête de la liste des animateurs les mieux rémunérés de l’Hexagone. Avec son humour potache, son audace et son éternel sourire, il a su conquérir le cœur des Français.

Selon les informations diffusées par le magazine d’investigations économiques Capital, le truculent animateur aurait un revenu qui frôlerait les 80 millions d’euros annuel, de là justifier pourquoi tant de personnes s’intéressent à combien gagne l’animateur. Dans les détails, Arthur n’empocherait pas moins de 250.000 € par émission en ce qui concerne « Les enfants de la télé ».

Arthur, c’est aussi un appétit aiguisé pour les affaires. Très tôt, en 1990, il fonde sa propre société de production aux côtés de Stéphane Courbit. Cette société dénommée Case Productions, puis rebaptisée Arthur Stéphane Productions (ASP) lui permet notamment de produire une partie des émissions qu’il anime. De 2001 à 2006, il prend les rênes d’Endemol France. L’animateur est notamment à l’origine de l’introduction de la téléréalité en France. En adaptant des émissions étrangères telles que Star Academy et Loft Story, il réussit à implanter dans l’Hexagone ce concept d’émission venu du pays de l’Oncle Sam.

L’animateur fonde en juin 2008 l’entreprise de production audiovisuelle Arthur World Participation Group, qui est ensuite relocalisée en Belgique. Bien que la question « combien gagne-t-il ? » se pose souvent, peu sont conscients des efforts qu’Arthur a dû faire pour en arriver là. Véritable touche-à-tout, il s’est même essayé au théâtre avec des « one man shows ». Il a notamment joué dans des pièces comme « Arthur à la Gaîté » et « iShow »

Comment le salaire de Arthur est devenu si astronomique ?

Si Arthur en est arrivé à ce salaire, ce n’est pas par hasard. Modeste à ses débuts, son salaire n’a cessé de grimper en raison de l’immense talent de l’animateur. Le périple de celui qui se définit comme l’animateur le plus con de la bande FM débute en 1991 avec Fun Radio. Alors qu’il anime la tranche 6h30 à 9h00, il surprend par son excentricité et ses innovations. Au lieu de choquer l’opinion publique et d’être purement censurées, certaines de ses émissions qui poussent la perversion à son comble, ont une audience de plus en plus grande. A la même époque, il fait une rencontre mémorable : celle d’Emmanuel Levy qui le convainc d’entamer une carrière sur le petit écran.

Jacques Essebag
De radio Fun à TF1, le parcours professionnel de Arthur n’est pas un long fleuve tranquille. Par ailleurs, l’animateur a plusieurs cordes à son arc. Ce qui lui permet de diversifier ses sources de rémunération.

Un an plus tard, on le retrouve sur les antennes d’Europe 1, qui le recrute afin d’injecter du sang neuf dans le collège vieillissant de ses animateurs. Durant 4 saisons, il sera aux manettes de l’émission «Arthur et les pirates de la forêt», une émission qui permettra à son salaire de faire un bond en avant. En 1996, Europe 2 le recrute pour animer sa matinale.

Pour arrondir ses fins du mois, l’animateur s’essaie également à la télé. C’est  d’abord TF1 qui lui donne sa chance. Il présente alors l’émission « Impossible ». Cependant le succès n’est pas au rendez-vous. Il débarque sur France 2 qui lui confie les rênes de l’émission « Les enfants de la télé ». L’audience grimpe en flèche, de même que sa paie. Vu le succès de l’émission, il se voit confier d’autres émissions à l’instar de « La Fureur du samedi soir ». TF1 le rappelle et le met aux manettes de « La Fureur », émission qu’il animera sans discontinuer jusqu’en 2000.

Le talent d’Arthur en fait très tôt l’animateur vedette de TF1 et bientôt il croule sous le poids d’une multitude de productions. « Tout est permis avec Arthur », « Vendredi », « A prendre ou à laisser », « Nice People » et « 120 minutes de bonheur » sont autant d’émissions qui sont présentées par Arthur. Son ascension fulgurante va de pair avec son salaire, qui bientôt atteint les sommets.

A combien s’élève la fortune de Arthur ?

Avec 400 millions d’euros, Arthur se positionne à la 220ème place des 500 plus grosses fortunes de l’Hexagone. Il est également la personnalité la plus nantie du monde audiovisuel. Homme d’affaires avisé, il a su utiliser son influence pour accroître sa fortune, année après année.

Une stratégie gagnante !

Après avoir créé sa première société de production, il a racheté de nombreuses entités concurrentes qu’il a ensuite incorporées à la sienne. Une fois que celle-ci a atteint une certaine stature, il l’a cédée à Endemol, une société néerlandaise opérant dans plus de 30 pays. Il retire de cette cession la rondelette somme de 200 millions d’euros.

Toujours à l’affût de la bonne affaire, il rachète en 2008 la chaîne de radio Oui FM à Richard Branson, président du groupe Virgin. Au fil du temps, il finit par acquérir 17 chaînes de radio. Il est cependant freiné dans son expansion au niveau national par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel qui lui refuse l’acquisition des stations Parenthèse Radio et Nice Radio. En dépit de ces difficultés, il poursuit sa quête d’une fortune colossale.

En 2009, il entre au capital du fonds d’investissement 21 Centrale Partners appartenant à la famille Benetton. Il prend également des participations dans Ethical Coffee Company, une entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la vente de dosettes de café. Il investit également dans Coyote, une entreprise spécialisée dans la conception d’avertisseurs radars. La cession de ses actions Coyote lui rapporte 12 millions d’euros alors qu’il n’y avait investi que 4 millions d’euros. Dans la même foulée, il se fait un généreux bénéfice en cédant OÜI FM.

Arthur s’essaie également à la production cinématographique. Aux côtés de Philippe Rousselet, il produit « Source Code » et « Il n’est jamais trop tard ». Il se lance aussi en solo dans la production de Cyprien, un film du réalisateur Cyprien. Son aventure dans le cinéma est cependant un échec et il se retire du secteur.

Bande de film
En véritable touche-à-tout, Arthur s’est aussi essayé à la production de films cinématographiques, entre bien d’autres affaires. On le voit bien : le salaire de Arthur est élevé mais amplement mérité !

Que retenir du salaire de Arthur ?

Le salaire de Arthur paraît exorbitant pour beaucoup d’observateurs. Mais, il est tout à fait justifié par les innovations qu’il a introduites sur la scène médiatique française. Là où d’autres se content d’animer des émissions célèbres créées par leurs prédécesseurs. Arthur est lui-même un créateur de concepts d’émissions. Les émissions passées à la postérité qu’il anime sont le fruit de son labeur. D’ailleurs, on lui doit l’introduction de la téléréalité en France, un concept dont aucune chaîne ne peut plus se passer. Son salaire est peut-être élevé, mais il n’est pas à l’origine de sa fortune. Tous ceux qui sont riches le savent : on ne peut devenir riche en étant salarié. Un salaire est fait pour que vous puissiez vivre un seul mois et être obligé de travailler tout votre vie. Sa fortune est le fruit de son sens aiguisé de l’entrepreneuriat.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.