Jean-Jacques Bourdin, quel salaire ?

Jean-Jacques Bourdin est journaliste et animateur de radio et de télé. Aujourd’hui rédacteur en chef de la station de radio RMC, cet animateur de talent s’est imposé comme l’une des valeurs les plus sûres de l’hexagone. Après 40 ans de bons et loyaux service, il n’a rien perdu de son dynamisme et de sa bonne humeur qui font le bonheur de ses auditeurs. Nous allons dans les lignes qui suivent, nous intéresser à la fortune et au salaire de Jean-Jacques Bourdin, qui a été fait chevalier de la Légion d’honneur.

Biographie et âge de Jean-Jacques Bourdin

Fils d’un père entrepreneur et d’une mère ménagère, Jean-Jacques Bourdin né le 15 juin 1949 (69 ans) à Colombes, dans le département de la seine, est l’aînée d’une fratrie de 5 enfants. Il passe l’essentiel de son enfance à Alès dans le Gard. Après son bac à l’âge de 18 ans, il entame des études universitaires, mais quitte l’université faute de motivation. Il commence alors une série de petits boulots. Il embrasse divers métiers comme inspecteur commercial, vendeur d’assurances, VRP et chauffeur-livreur. Il postule pour intégrer la rédaction du quotidien sportif L’Equipe, mais est recalé. Il fait alors une rencontre qui changera sa vie.

Vie familiale

De son mariage avec Marie Laure Bourdin, Jean-Jacques Bourdin a eu deux filles : Fanny, journaliste et Clémence, restauratrice. Le couple divorce dans les années 2000. A l’âge de 55 ans, le journaliste rencontre la journaliste et reporter de guerre Anne Nivat et se marie 2 ans plus tard avec elle. De cette union, il naît un petit garçon auquel le couple donne le prénom de Louis. Le journaliste se présente lui-même comme un athée, tandis que son épouse affirme être de confession protestante. Le couple est propriétaire d’une ferme dans le Gard et d’un appartement dans le 5ème arrondissement parisien.

Bourdin Direct sur RMC

Début de la carrière de Jean-Jacques Bourdin

Au cours d’un repas en famille, il rencontre Raymond Castans, patron de la radio RTL qui lui donne un coup de pouce pour intégrer sa radio. Séduit par la culture sportive du jeune garçon, il l’affecte dans la section sport de cette chaîne. Jean-Jacques Bourdin y restera pendant 25 années. De journaliste sportif, il passé à reporter, puis atterrit dans la présentation des journaux de la chaîne. Quinze ans plus tard, il devient rédacteur en chef et présente le journal de 13 heures sur la chaîne. En 1996, il se voit confier les rênes de l’émission Les auditeurs ont la parole en remplacement d’Alain Krauss. Dans le même temps, il poursuit l’animation du journal de la mi-journée.

A l’âge de 51, après 25 ans de bons et loyaux services, il quitte RTL en raison d’une mésentente avec la direction de la chaîne, mésentente qui ne portait pas sur le salaire de Jean-Jacques Bourdin. Il chôme pendant un an, puis rejoint RMC en 2001. Il est alors nommé conseiller d’Alain Weill, nouvellement nommé président de la chaîne. Il séduit les auditeurs et devient, en un rien de temps, l’animateur fétiche de la chaîne. Du lundi au vendredi, il pilote la matinale de RMC dénommée Bourdin and Co, une émission qui a fait de l’interactivité et de l’information son cheval de bataille. A 8h30, il se consacre à l’interview d’un responsable politique. Son ton incisif et sa perspicacité lui assurent un succès immédiat.

7 ans après son entrée à RMC, il est coopté par BFM TV, où il anime l’émission Bourdin Direct, une émission où il interviewe en direct des personnes issues des milieux politiques et culturels. En 2007, à l’occasion de l’élection présidentielle, il est choisi pour animer le duel entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Il affirme avoir voté pour François Bayrou au premier et blanc au second tour. En 2012, il opte pour François Bayrou au premier et vote pour François Hollande au second tour. De juillet à novembre 2010, il prend les commande de l’émission Abus de confiance sur TF1, émission visant à dénoncer les arnaqueurs et produite par Julien Courbet. En Avril 2018, il est choisi avec Edwy Plenel pour animer l’interview d’Emmanuel Macron.

En 2010, il se voit décerner le prix Philippe Caloni, un prix qui récompense les interviewers les plus talentueux.

Jean-Jacques Bourdin se classe journaliste indépendant

Jean-Jacques Bourdin se définit lui-même comme un journaliste indépendant. Contrairement à ces confrères qui fréquentent les politiques et les people, celui qui se définit comme un intervieweur garde ses distances avec ces personnalités et refuse systématiquement toute invitation à déjeuner ou à dîner. Il dénonce la proximité de ses confrères avec la classe politique, ainsi que leur corporatisme et leur conformiste.

Pour lui, le journaliste, ne doit pas faire du suivisme. Il doit avoir le courage de dire haut tout ce qui se dit bas, sans craindre de froisser le politiquement correct ou la censure. Il ne craint pas d’être différent et s’accommode des innombrables critiques, dont il fait l’objet.

Cette façon de voir lui a assuré une certaine notoriété. En dépit de la pression qu’il met sur ses invités, les personnalités politiques de tous bords reconnaissent son talent, ainsi que l’écho que suscite une interview lui. Nombreux sont ceux qui disent qu’il est « incontournable ». Entrepreneurs et décideurs politiques préfèrent communiquer « avec transparence » en se faisant interviewer par lui.

Certains de ses détracteurs affirment qu’il a un égo surdimensionné et que son orgueil a enflé avec le succès. L’un de ses concurrents, le journaliste Jean-Michel Aphatie, affirme que Bourdin est un excellent journaliste, mais que son orgueil lui bouchait la vue, au point de penser qu’il était plus important que ses invités. Alain Weill, fondateur de BFMTV dit que la star est rétif à l’autorité au point qu’il a cessé d’être son patron pour devenir son ami. Cela dit,  le salaire de Jean-Jacques Bourdin a-t-il été négocié en tenant compte de cette donne ?

La voix du peuple

Le journaliste a toujours cherché à donner la parole au peuple au travers de ses émissions. Les émissions qu’il anime sont conçues de sortes à ce que la voix des auditeurs soit audible. Le journaliste Pierre Jaxel-Truer estime que Bourdin est la voix des insatisfaits de la république, celle de ceux qui grognent et qui affirment que rien ne va. Il est parfois qualifié de populiste, mais il n’en a cure. Il d’ailleurs quitté RTL parce qu’il estimait que la chaîne n’allait pas assez loin dans la transmission de la parole des auditeurs.

Le journaliste se veut la voix de ceux dont la voix est inaudible. Il n’hésite pas à porter tout haut les opinions du peuple, au point qu’on a reproché à ces émissions d’être « le café de la rue du commerce ». Lorsqu’il invite un homme politique sur son plateau, il ne fixe pas de limité préalable, il laisse tout faire et tout dire en restant dans les limites de la légalité. Rien n’est tabou, car il estime que les auditeurs ont droit à la vérité. Il ne craint ni le politiquement incorrect, ni la mauvaise expression. Le salaire de Jean-Jacques Bourdin n’est-il pas hautement mérité ?

Un homme controversé

Même si le salaire de Jean-Jacques Bourdin est bien mérité pour ceux qui le connaissent bien, le talent du journaliste ne fait pas l’unanimité et il a de nombreux détracteurs, voire des ennemis. On le traite de démagogue, car il donne la parole aux auditeurs qui peuvent sans limite exposer leurs joies et leurs peines sur l’antenne de RMC. Il affiche sa proximité avec les Français et cela est loin de plaire à certaines personnes, notamment les hommes politiques.

Pourtant personne ne l’ignore et même ses pourfendeurs les plus sévères veulent passer à l’antenne avec lui. Un jour, il a sauvé un jeune garçon qui voulait se suicider en acceptant de prendre un appel des pompiers. Le jeune homme désespéré avait dit aux pompiers qu’il n’accepterait de parler qu’au journaliste.

Alors, quel salaire pour Jean-Jacques Bourdin ?

Salaire de Jean-Jacques Bourdin, ainsi que sa fortune

La fortune n’a jamais été la préoccupation principale du journaliste. Il a toujours mis en avant sa passion pour son travail avant son salaire. Cet amour sans faille pour ce qu’il fait lui a assuré une notoriété et une satisfaction personnelle que ne peut procurer une fortune. Ceux qui recherchent la fortune ou le salaire de Jean-Jacques Bourdin seront bien déçus. Les données sur le salaire et la fortune du journaliste ne sont disponibles sur aucun site web.

Cela est dû au fait, que contrairement à de nombreux hommes de média, le journaliste n’étale pas sa vie privée à tout vent. Il est certes très populaire, mais il privilégie la discrétion avant tout. Mis à part quelques bribes d’information, rien ne filtre sur le salaire et la fortune de ce talentueux journaliste. Alors que les salaires de Cyril Hanouna et autres ne cessent de défrayer la chronique personne ne connait le salaire ni la fortune personnelle de Jean-Jacques Bourdin.

Cela ne veut nullement dire que le journaliste vit sur la paille, mais qu’il est humble. Il est loin d’être dans le besoin, car RMC dépense une fortune pour le garder. En effet, il est l’un des plus grands talents de son époque et une bonne partie de l’audience des chaînes sur lesquelles il intervient est dû à son charisme.

 

Qu’on l’aime ou pas, nul ne peut être indifférent à ce truculent journaliste, qui s’est démarqué du lot par son originalité et sa perspicacité. La soixantaine révolue (bientôt septuagénaire même), il tient en haleine chaque matin des centaines de milliers d’auditeurs et s’impose comme l’une des valeurs les plus sûres du paysage médiatique français. Les paparazzis regretteront, cependant, le secret bien gardé (pour le moment) sur le binôme fortune et salaire de Jean-Jacques Bourdin.

11 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.